La Française des Jeux s’associe à Webedia pour l’organisation de concours d’Esports.

La Française des Jeux a récemment lancé un site paris esport et veut désormais prendre une place majeure dans la discipline en France. Elle a annoncé vendredi dernier dans un communiqué de presse qu’elle organisera des événements e-sportifs à partir de 2019

La FDJ organisera trois types de compétitions.

La FDJ vise à attirer un million de nouveaux acteurs d’ici 2020 et prévoit d’investir 500 millions d’euros dans les technologies basées sur le web, ce qui ne se limite pas aux seuls esports. Par exemple, FDJ vient de lancer des jeux de grattage sur le web, une nouveauté pour la marque détenue par l’Etat français.

La FDJ organisera trois types de compétitions, construites sur son nouveau site web esports. La “FDJ Masters League” qui s’adresse aux joueurs professionnels disposant d’un cashprize de 20.000 €, sur un jeu mais on ne sait pas encore lequel. Le “FDJ Open Series” qui s’adresse aux amateurs, et le “FDJ Gaming Tour” qui se concentre principalement sur les jeux mobiles lors d’événements qui se déroulent dans toute la France pendant l’été.

Grâce à un partenariat avec Webedia – la société française du groupe Fimalac, qui possède déjà de nombreux sites d’information français sur les jeux vidéo, l’équipe française esports Millenium, la société mère d’ESWC Oxent, la société de gestion des joueurs Bang Bang Management, et récemment des partenariats avec PSG, le e-Ligue 1 et BeIN Sports-FDJ vont se charger d’organiser et diffuser ses compétitions. Ce n’est pas une surprise que la FDJ ait choisi l’hiver dernier pour faire son annonce.

Pour les entreprises françaises comme la FDJ, l’accès aux esports est devenu plus facile depuis que la “loi numérique” a établi l’an dernier la différence entre les esports et les paris. Pourtant, les paris sur les esports en France ne sont pas légaux – une situation qui pourrait changer étant donné l’intérêt des grandes sociétés de paris pour les esports ces derniers temps.

“Nous avons le savoir-faire pour apporter l’intégrité des compétitions sportives afin de développer un marché eSport sain “, a déclaré Stéphane Pallez, Président et CEO de FDJ.

Parier sur les esports en France n’est pas encore légal…. pour l’instant.

La FDJ n’est pas la seule société française de paris à s’impliquer dans les esports. Le mois dernier, Betclic a annoncé un partenariat avec la société française Eclypsia.

Il y a aussi de plus petites entreprises qui essaient d’éviter la réglementation. Pour n’en citer qu’un, Betters’ Rift a lancé la semaine dernière un service de paris gratuits où les utilisateurs peuvent gagner des réductions sur les jeux et les périphériques de jeu.

La question de la légalisation des paris sportifs en France n’est pas encore sur la table. Mais les changements apportés l’année dernière au cadre juridique et l’évolution internationale vers des paris illégaux dans les esports ont certainement ouvert un marché pour les gros joueurs afin de canaliser les investissements dans les paris esportifs.